Le 8 mai dernier, je réalisais ma première exploration rurale (Rurex). Si vous ne savez pas ce qu’est le rurex, je vous conseille d’aller lire “ Rurex : décryptage avec Laurent, un passionné d’exploration rurale”. C’est encore avec ce même Lolo que je vous raconte cette folle journée.

 

Lorsque l’on se passionne comme moi pour le light painting, à la photo de nuit, il y a forcément une part de nous qui s’intéresse aux endroits sombres, lugubres, chargés d’histoires. Des endroits qui vous offrent des décors incroyables, inattendus. Le light painting vient se mêler à ce décor pour sublimer notre patrimoine et nous offrir de superbes photos.

J’ai déjà exploré des forts, des bunkers le long des plages à Brest et aux alentours pour mes photos. Mais cette fois…

J’ai voulu revenir et partager avec vous cette folle journée pleine de rires, “pleins les pattes” (17 kms), pleins les yeux, pleins de… longs silences que nous offre la nature.

 

Une journée folle pleine de découverte et d’aventures, car oui il y a eu de l’aventure !!!

 

J’espère que vous êtes prêt ça va être sport …. (vous allez brûler juste des calories mentalement).

 

Arrivée 12h sur place, je retrouve Laurent.

 

Quelques forts pour se mettre en jambe, Laurent me montre le fort des Capucins.

Fort des Capucins – Finistère

Nous ne restons pas longtemps. Nous laissons la place aux touristes et leurs appareils photos.

Nous partons plus loin pour nous retrouver dans un premier blockhaus au bord de l’eau. Nous descendons des escaliers (attention à la ferraille au-dessus de la tête) 

 

 

 

 

 

 

Nous nous retrouvons dans un tunnel qui nous mène “face à la mer” comme dirait Calogero (ok je sors).

Nous continuons notre exploration bunkerienne dans un souterrain incroyable (je crois que vous allez lire le mot incroyable souvent, promis j’essaie des synonymes).

 

On sent l’humidité, l’endroit est lugubre et froid. Les crochets sur les murs sont rouillés. Avec le manque de lumière, je manque de peu de tomber dans une flaque d’eau de 3 mètres (arrivé là on peut parler d’un lac non ? ).

 

Je suis subjugué par les formes différentes qui se mêlent et se croisent : on retrouve des lignes, de la rondeur, qui contrebalance les carrés de la construction. C’est impressionnant. Et je me sens tout petit face à la grandeur de ce souterrain.

Mes 2 acolytes 🙂

L’heure tourne, et il est l’heure de manger. On s’arrête alors sur un bunker isolé qui surplombe la mer. On admire les voiliers qui passent, les oiseaux qui chantent, un pique nique fort agréable avec une vue magnifique.

Moment de poésie, de nature et de fleurs

Après ce moment de calme et les batteries rechargées, nous repartons.

 

14h, il est temps de repartir, je trépigne d’impatience, car durant le repas de midi, Lolo m’a donné l’O à la bouche (ok je sors pour la 2ème fois) en me parlant d’un des bunkers qu’il cherche depuis 4 mois. Un gros challenge pour l’après-midi nous attend.

 

Avant d’aller à la recherche de ce bunker perdu, nous faisons escale de nouveau dans un souterrain. Nous nous faufilons par une grille, puis nous descendons les escaliers très sombres

 

Et là LIGHT PAINTING GAME !!! Une petite heure de light painting entre amis.

 

Après quelques réglages et un léger repérage niveau sécu pour ne pas se prendre les pieds dans les cailloux ( On s’amuse à s’enguirlander de lumières et d’effets lumineux dans ce souterrain).

Un essai tourbillonnant

On est toujours vivant !

L’escale light painting était faite, nous repartons de plus belle. J’ai toujours en tête cette idée de bunker introuvable, mais Laurent veut me montrer de nouveaux endroits incongrus (j’ai pas mis incroyable).

Nous nous arrêtons au bord de la route, le long d’un sentier. Je marche le long du chemin et je tombe nez à nez avec un tank abandonné.

le Tank

La tentation est trop forte,  je me glisse dedans et prends quelques photos.

Qui va se faufiler ?

 

Photo de l’intérieur du tank

Mais au moment de sortir… problème, je reste coincé… C’est petit en fait ^^

 

Nous reprenons la route (encore une fois) et nous marchons encore et encore puis devant moi, immense, je découvre un décor digne du Seigneur des Anneaux.

La végétation a pris le dessus, la verdure est splendide, les ruines, la taille des pierres, l’épaisseur des murs me laissent sans voix. Le tout face à la mer.


La nature ne finira jamais de nous surprendre.

Après le light painting, le tank puis ce fort, l’après-midi démarre donc très f… (j’ai pas dit fort !) l’après-midi démarre sur les chapeaux de roues !

 

Motivé, et je mens un peu quand je dis à Laurent qu’il me reste de l’énergie (en faite j’en peux plus de marcher). Nous décidons de nous lancer à la recherche du bunker introuvable.

 

Après une bonne heure de recherche,

nos portables en mode gps,

tourné les cartes, après avoir passé des chemins,

tombé dans les piquants, glissé sur les cailloux,

nous trouvons ENFIN le bunker !

 

Excitation, joie, adrénaline, c’est une sensation étrange qui se mêle dans ma tête. Mais le voilà enfin !

Mais notre surprise ne s’arrête pas là, puisque nous apercevons un escalier en dessous du bunker.

 

Décidé, je me faufile le premier dans les escaliers et je descends explorer.

 

Je découvre une ouverture au ras de la mer, les couleurs cuivrées, rouillées iodées, me laisse sans voix. Il y a des contrastes différents suivant la lumière. Je n’ai jamais vu de choses pareilles. Il y a aussi le bruit des vagues qui s’écrasent sur les rochers, c’est juste topissime 😉

Puis je m’avance vers l’intérieur du bunker, et là je crie.

 

Je me retrouve face à une énorme ouverture à l’intérieur du bunker. 7-8 mètres de haut, et d’une profondeur immense. Une chapelle ? Un abri pour les munitions ?

Comme si vous y étiez 😉

On peut distinguer au milieu le gros creux qui servait certainement pour le canon.

La surprise passée, nous profitons pour photographier les lieux, nous poser, rire, discuter de cette folle journée et de faire les andouilles 🙂

Après 17 kms de marche, de nombreux forts, des photos en light painting, des souvenirs plein la tête, nous profitons une dernière fois face à la mer.

Où est Charlie ?

J’espère avoir pu vous retranscrire (un peu) cette journée fabuleuse. Je trépigne d’impatience d’y retourner avec des lumières pour de belles sessions de light painting.

La vie <3

De belles perspectives pour l’avenir en tout cas !